Indonésie // Partie 4 et 6 : Keliki et Ubud

2 au 7 mars puis 12 au 16 mars

 

Pour découvrir la mythique région d’Ubud, nous choisissons de séjourner dans le village de la Keliki Painting School à 15 Km d’Ubud.  Il s’agit d’un village de peintres et sculpteurs balinais qui sont organisés pour accueillir des touristes au sein des Balés (= habitations traditionnelles balinaises), cela revient un peu à être en chambre d’hôtes dans une famille balinaise.

Nous sommes accueillis chez Ganyar et Mas qui vivent avec Sibiang la mère de Mas et leur fils de 11 ans dans le Balé partagé avec les familles des frères de Mas et leurs familles.

La vie dans notre balé

Temple familial intégré au balé, les femmes ne peuvent pas y pénétrer sans sarong ou si elles sont indisposées

Nous aurons surtout des échanges forts avec Ganyar, qui parle très bien français et dont l’accueil et la gentillesse nous ravissent. Les enfants à peine arrivé passent des heures à dessiner.

Nous découvrons le village et les rizières avec Ganyar avec Dam et Hadrien. Les petits restent au balé pour jouer.

Balade dans les rizières

 

Ces rizières sont sculptées à la main depuis des siècles dans un paysage entrecoupé de jungle primaire et de plantations. Les parcelles sont délimités par les«Tugu» (petits autels dédiés à Dewi Sri, la déesse du riz).

Les femmes préparent une cérémonie dans le temple au milieu des rizières

Nous visitons aussi la fabrique de tofu du village avec des procédés plus qu’artisanaux

 

Nous observons la vie du Balé, et notamment l’activité permanente autour des offrandes.

Offrandes sur le pas de la porte du Balé
Sibiang dispose les offrandes… tous les matins

Le temps qui est consacré à la religion est impressionnant, entre confection des offrandes, prières matinales dans le temple familial, disposition des offrandes partout selon des règles qui nous ont échappées, prières aux temples du village, préparation et temps de différentes cérémonies qui ponctuent la vie balinaise. La religion ici est une activité à part entière et tout le monde y participe. Ganyar prend le temps à plusieurs reprises de nous initier à la confection des offrandes.

Mas, un jour, est réquisitionné car une personne du village est décédée pendant la nuit, il va participer avec d’autres hommes du village à l’enterrement dans une tombe provisoire. Effet, les hindou procèdent à la crémation de leurs morts mais seule une riche famille peut se permettre une crémation peu après le décès, la majorité des habitants procède au préalable à un enterrement, en attendant la crémation de masse qui se déroule tous les 3 ans au mois d’août. Nous avons loupé à 2 jours près  une énorme cérémonie à Ubud pour la crémation d’un membre de la famille royale dont nous verrons les vestiges au Palais Royal (la famille royale, elle n’a pas de problème de fin de mois et n’a pas besoin d’attendre les fonds pour faire une cérémonie grandiose

Un groupe s’organise avec d’autres françaises séjournant à Keliki pour faire une journée de cours de sculpture dans l’incroyable atelier du sculpteur sur bois, I Made Ada , artiste balinais de renommée internationale dont voici la visite en image.

Nous passons la journée avec son fils Nioman qui nous initie à la création d’une petite sculpture sur bois au milieu des rizières.

Vue depuis l’atelier

Sculpture de Garuda, l’oiseau mythologique hindouiste qui offre sa monture à dieu Vishnou
Artistes à l’oeuvre
Une des chambres de la maison, un bijou cette maison
Pause piscine avant le déjeuner

Notre réfuge de l’après-midi devant la pluie

 

Après le déjeuner, la pluie tropicale nous prend de cours et nous devons nous réfugier à l’étage de l’atelier où nous découvrons encore une fois des salles majestueuses et le temple familial.

Résultat final, l’artiste fier de son travail

Nous quittons Keliki ensuite pour passer 2 nuits dans la ville d’Ubud car nous avions envie de sentir l’ambiance de cette ville mythique mais nous avons un peu l’impression de revenir dans un sillon touristique bien tracé. Nous sommes dans un super ecolodge super confort où Tib et Aurélie avaient séjourné en octobre.

Nous en profitons pour :

  • visiter la forêt des singes.  On est un peu circonspects car il faut le reconnaître, on est pas fan de singes en général, on les trouve agressifs et voleurs mais la découverte des temples au cœur d’une végétation luxuriante est sympa

Spéciale dédicace pour Roxane, après le singe qui boit à la canette, le singe qui s’est déniché une glace
Quand on vous dit qu’il faut faire gaffe aux singes

 

  • Se balader dans Ubud qui nous semble très commerciale
Mais le palais royal est très joli
  • Faire la balade de la crête de Campuan au coeur des rizières sous une chaleur de plomb

Glace bien méritée
  • Assister aux danses balinaises. Je suis assez subjuguée par la précision des mouvements et des expressions des visages mais après la première danse, le reste de la troupe manifeste quelques petits signes d’ennui…

Vous avez noté le regard de tueur, genre « mais pourquoi tu nous as traîné là? »
  • Donner un bain aux doudous

 

Nous quittons ensuite Ubud pour Gili Meno pour un séjour de 5 jours que Damien vous raconte très bientôt dans un article dédié

Mais mon récit n’est pas terminé pour autant. A Gili Meno, nous tergiversons pas mal sur la suite du programme à Bali; on avait prévu de faire Amed, beau village en bord de mer avec le volcan en fond et Nusa Penida, notamment pour les raies manta.

Mais finalement, on décide qu’on aura notre lot de plage, mer et fonds marins dans la suite du voyage et ce qui nous plait à Bali, c’est l’esprit balinais. On décide de retourner à Keliki pour nos derniers jours, avant de rejoindre les environs de l’aéroport avant la fête de Niepy.

Ce sera donc Keliki 2

C’est très sympa de retrouver le balé, notamment Ganyar et Ancelyne, une des résidentes de Keliki avec qui nous avions fait la sculpture.

Nous faisons une journée d’atelier batiks, c’est à dire des tissus à motifs obtenus par bains successifs dans des teintures. Les motifs résultent de l’application de cire qui crée des réserves : la cire est imperméable et protège le tissu de la teinture. Gros succès auprès des enfants très appliqués au cours des différentes phases et ravis de découvrir le résultat à la fin de la journée

Choix des motifs
Reproduction des dessins sur le tissu
Les contours sont tracés à la cire
Application des tampons
Ancelyne passe à l’atelier
Application des teintures et choix des couleurs
Les couleurs vont changer après un bain chimique

Les artistes et leurs œuvres

Le lendemain, nous déambulons dans le village à la recherche des Ogoh Ogoh en préparation de Nyepi.

Ogoh ogoh fabriqué par les jeunes hommes du village
Et celui des enfants

___________________________________________________________________________________________________________________________

 Petite explication de Nyepi ( piquée à Wikipedia)

Le Nyepi est le nouvel an balinais. il s’agit d’une journée de silence, de jeûne et de méditation. Le Nyepi est précédé la veille par les processions des Ogoh-Ogoh

Le jour du Nyepi, le silence est observé durant 24 h à partir de 6 heures du matin. La journée est réservée à la méditation et les démons ne doivent pas être tentés par un retour auprès des humains, ce qui impose certaines restrictions : peu de lumière visible, pas de travail, pas de divertissement, pas de déplacement ; et, pour certains, le jeûne et le silence total. Le jour du Nyepi, les lieux habituellement animés sont déserts, on n’entend ni la radio ni la télévision, et on observe peu de signes d’activité même dans les maisons. Les seules personnes visibles hors des maisons sont la Police du Tourisme et les gardes traditionnels qui patrouillent dans les rues pour veiller au respect des coutumes et à la sécurité.

Bien que Nyepi soit avant tout une fête hindoue, les Balinais non-hindous observent ce jour du silence par égard pour leurs concitoyens. Les touristes doivent rester à l’hôtel. Les institutions sont fermées toute la journée, Internet et l’électricité sont interdits, l’aéroport international de Bali est fermé. Les dérogations ne sont accordées qu’aux véhicules d’urgence médicale.

Je ne sais pas si vous imaginez bien mais c’est quand même un truc de dingue ce Nyepi : aucune activité, bruit, circulation pendant 24h…

Bon on doit vous avouer si on est content de vivre Nyepi, ça ne nous arrange pas trop car on a notre avion pour l’Australie à 9h du mat le lendemain, cela nous oblige donc à nous rapprocher de l’aéroport la veille de Nyepi et donc de passer 2 nuits à Jimbaran au sud de l’île qu’on aurait bien évité

___________________________________________________________________________________________________________________________________

Nous apprenons avec joie qu’il y a une grande cérémonie le surlendemain : Melasti. Ce jour là, quasiment tout les habitants du village se rendent à la mer où ils emmènent les représentations de tous les dieux des temples ainsi que d’autres symboles religieux hindou. Nous demandons à Ganyar si nous pouvons les accompagner, encore une fois, les balinais accueillent quand même très facilement les visiteurs à leurs cérémonies. Non seulement nous sommes les bienvenus, mais cela arrange Ganyar qu’on puisse partager une voiture pour y aller ensemble car Mas part avec les camions qui transportent les statues.

C’est toute une organisation et des préparatifs, et Ganyar prend le temps de nous trouver à chacun des tenues traditionnelles pour assister à la cérémonie.

Séance essayage de nos habits pour la cérémonie

Ce soir là, Ganyar est un peu occupée, on préfère ne pas lui demander de nous faire à manger et on se fait un super restau à 2 pas au milieu des rizières.

Le lendemain à l’aube, on est prêts à partir

C’est assez incroyable d’être embarqués dans cette aventure. Lors du trajet à l’aller, il y a pas mal d’embouteillages car un village de 3000 habitants qui se déplace en scooter, voiture, camions ça fait pas mal de grabuge d’autant que nous croisons sur la route des processions d’autres villages qui reviennent de Mélasti.

Arrivés sur la plage , chacun dépose ses offrandes et s’installe sous un soleil de plomb en attendant le début.

La cérémonie  assez courte est suivie par la procession : plusieurs hommes portent les statues jusqu’à la mer ou lac où elles sont bénies,  accompagnés de gamelans ( ensemble instrumental traditionnel) d’ombrelles, d’étendards, de bannières, barongs (créature mythologique balinaise ressemblant à un lion) et de rangda ( la reine démon, chef d’une armée de sorcières)

Ensuite, tout le monde reembarque dans les camions

 

Ganyar a récupéré son panier d’offrandes que nous partagerons comme pique nique sur le trajet du retour

Bref exactement le genre d’expérience pour lesquelles on est revenus à Keliki ! Nous quittons le village pour la 2e et dernière fois pour rejoindre Jimbaran, près de l’aéroport.

Les enfants ont préparé des petits cadeaux pour remercier Ganyar et sa famille

Nous avons loué une petite maison avec piscine et cuisine extérieure pour être autonome pour Nyepi.

Avant que cela ne commence, nous avons une après-midi pour se balader un peu dans les environs et préparer nos provisions et assister aux processions des Ogoh Ogoh

Visite du temple Pura Ulun Siwi au bord des falaises
Encore des temples infestés de singes qui se régalent des offrandes

 

Procession Ogoh Ogoh in progress
Procession Ogoh Ogoh

Nyepi nous offre une journée off au programme piscine, bouffe maison, lecture, repos dans le silence ambiant et notre petite maison d’un jour

Trop bien d’avoir une cuisine !

Les positions improbables d’Hadrien pour lire

 

Et voilà, il est temps de quitter l’Indonésie… Quel périple encore et que d’expériences vécues. Cette fois on quitte non seulement un pays mais aussi l’Asie, qu’on a tant aimé… Direction l’Australie pour de nouvelles aventures (je vous écris cela de Nouvelle Calédonie… 2 mois et 2 pays de retard sur le blog…)

4 commentaires

  1. Et vive les boissons locals (San Miguel powa 😉 )
    C’est super cette expérience au seain d’une famille, d’autant qu’ils avaient l’air ultra-accueillants.
    Je me demandais : en quelle matière sont faits les Ogoh-Ogoh ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *