Australie // Impressions

Après 4 mois en Asie nous avons débarqué en Australie le 18 mars pour 4 semaines et avec énormément d’attente vis à vis de ce pays mythique. Et le moins que l’on puisse dire est que nous n’avons pas été déçus.

Notre périple de Perth à Perth en Camping car, puis Sydney

Premières impressions

La première impression quand on est arrivé à Perth le 18 mars c’est la propreté et l’ordre apparent, en comparaison avec tout ce qu’on a vu durant les mois précédents en Asie c’était frappant, mais bon, ce n’était pas vraiment une surprise.

Ensuite lorsque l’on est sortis de la ville il y a eu cette sensation que tout était plat. Les paysages sont relativement plats, les bâtiments sont bas, quasiment tous de plain-pied, il n’y a pas de vrais arbres, que des buissons d’1m de haut maximum… Même les couleurs sont plates il n’y a pas de couleurs vives, toutes les couleurs sont pastelles et un peu passées car écrasées de soleil.

Et puis il y a cette sensation d’immensité et de vide. On roule dans des espaces immenses et déserts, on voit des kilomètres de plages de sable blanc complètement vides, je suis sur que chaque Australien pourrait avoir son km de plage paradisiaque perso. Lorsque nous étions à l’intérieur des terres (l’Outback) comme le temps au volant était un peu long je me suis amusé à compter les voitures en sens inverse. Sur une heure, j’en ai croisées 5, si l’on considère que nous roulons tous à 110km/h, cela fait pas mal de vide entre chaque voiture. Et quand on s’installe pour la nuit dans les site de camping « hors circuit » on se retrouve tout seul face à la mer dans son camping car.

Notre super spot de camping « Whalebone » à Shark Bay

La nature a l’état sauvage

Pour les lecteurs des BD « Les mondes d’Aldebaran » l’Australie m’a tout de suite fait penser à ces planètes Aldebaran et Betelgeuse, ça ressemble vraiment à la terre, mais en plus sauvage. Les animaux sont quasiment tous différents de ce que nous connaissons, soit ils sont plus gros ou soit ils sont endémiques : l’Australie a été tellement isolée et depuis si longtemps que l’Evolution semble n’avoir pas suivi les même règles que dans le reste du monde. On y trouve des animaux qui rebondissent, des ornithorynques qui ne rentrent dans aucune des cases existantes en terme de classification… On voit aussi des arbres avec des fruits et des feuilles aux formes étranges.

Arbres à Karijini National Park

Durant nos 5000 km de road trip nous sommes toujours restés dans des zones à peu près habitées et pourtant, même là, la nature a l’air tellement sauvage qu’on a l’impression d’être comme des explorateurs qui la voient telle qu’elle était déjà il y a 100000 ans avant que l’homme ne vienne tout perturber. La Nature est propre aussi, pas de plastique partout comme dans les pays que nous avons découverts précédemment.

Les animaux sont partout, en ville, sur les routes, sous l’eau… Il est très fortement déconseillé de conduire la nuit en Australie car les animaux sortent pour vivre leur vie. La seule fois que nous avons conduit à la tombée de la nuit dans le Cape Range National Park à Exmouth nous avions kangourous partout sur la route, il fallait faire super attention de ne pas les dégommer!

Kangourou qui vient rendre visite à des campeurs
Emeu qui vient en ville retirer du cash à la banque…
Le fameux Koala, flemmard comme il se doit
Perroquets du matin qui viennent grignoter nos restes de PDJ
Chauve souris mignonne endémique de la côte Ouest

Rencontre avec un Koka à Rottnest Island
Dauphins à Monkey Mia
Gros mérou à Turquoise Bay
Requins baleines à Exmouth 
Otaries à Jurien Bay

Bref en Australie la Nature est reine.

Un voyage dans l’Espace et le temps

Un voyage en Australie c’est un voyage dans l’espace, dans l’Espace et dans le temps. Dans l’Espace car dans certains coins de l’Australie les conditions de vie sont tellement difficiles que je ne serais pas étonné qu’on soit plus proche des conditions de Mars que du reste de la Terre.

L’Australie telle que nous l’avons vue en arrivant depuis Bali

En Australie, on voyage aussi dans le temps. Il parait que techniquement le sol de l’Australie est un fossile et qu’il n’a pas évolué depuis des millions d’années.

Karijini National Park

Du coup on y trouve des traces de vie préhistorique très bien conservées dés que l’on retourne un caillou, et il reste des aborigènes aujourd’hui pour qui ces sites sont sacrés. Imaginez en France rencontrer les descendants des artistes de la grotte de Lascaux et pouvoir leur demander la signification de tout ceci!

 

L’Australie, une terre d’aventuriers

L’Australie est un pays génial car rien que d’y être, on a l’impression d’être un aventurier. En Australie lorsque l’on s’écarte de quelques mètres de la route on risque la mort, il y a tellement d’animaux mortels dans ce pays que cela en devient délirant.

Aventurier en herbe dans les gorges du Karijini National Park

Crocodile de mer, méduse boite, Taipan du désert, araignée à dos rouge, poulpe à anneau bleu, … la liste est sans fin. Et les descriptions que l’on peut lire sur l’atrocité des douleurs infligées (méduse boîte), la toxicité (une araignée de qq grammes a assez de venin pour tuer 17 hommes) ou l’implacable machine à tuer qu’est le crocodile de mer (il est tellement affûté comme tueur qu’il n’a pas eu besoin d’évoluer dans les 200 dernières millions d’années) font froid dans le dos.

« Les enfants, on ne touche pas à la bestiole bizarre toute rouge qui vient de s’échouer sur la plage! »

Vous remarquerez que je n’ai pas cité les requins car pour les Australiens ils ne sont pas vraiment considérés comme des animaux dangereux.

Là ça ne se voit pas mais je risque ma vie!

Et quand on s’est enfoncé un peu dans les terres vers l’Outback, je me suis vraiment dit qu’il suffisait d’un petit problème dans la chaîne d’approvisionnement en eau ou en essence pour qu’on se retrouve en danger de mort!

En Australie, quand ta jauge d’essence descend en dessous de la moitié, tu commences à te préoccuper d’où est la prochaine station car elle peut être à plus de150km.

En Australie on entends des histoires de fermiers qui se sont perdus sur leur propre propriété et que l’on a jamais retrouvés!

En Australie ils ne partent pas en ballade dans l’Outback avec une roue de secours à l’arrière du 4×4 pour faire joli, mais avec 3 roues de secours sanglées sur le toit à coté des 100l d’eau de sécurité.

En Australie, ils ont déjà perdu un premier ministre qui était parti se baigner et qui a purement et simplement disparu! Ce pays est un vrai pays d’aventuriers !

L’Australie, terre de campeurs

L’Australie révèle aussi en toi le campeur qui sommeillait. Là bas le camping c’est du sérieux, quand ils partent camper ils ne font pas semblant. Il faut voir les gros 4×4 chargés à bloc avec les deux canoés et le surf sur le toit, les vélos à l’arrière et la caravane de compète.

Installation normale pour un Australien
Quand on s’installe on s’installe

Je regrette de ne pas avoir pris plus de photos parfois parceque c’était vraiment hallucinant. Et une fois en place, ils te sortent la tente sur trois étages, la batterie de cuisine, le home cinéma,… et partout dans les villes, les parcs et dans les camping on trouve des barbecues en libre service.

Et évidemment chez le marchand de journaux cette passion des Australiens pour le camping se voit aussi un peu…  Bon, nous en tant que touriste on n’était pas équipés comme eux et notre campement ressemblait plutôt parfois à un camp de gitan mais on a essayé… Je garde aussi en mémoire cette fois où après 10 min au téléphone  avec la hotline du loueur de camping-car pour dépanner l’évacuation d’eau qui ne fonctionnait pas, et après avoir fait deux ou trois manip avec eux au tel, nous avons finalement réussi à le déboucher, j’entends mon interlocutrice avec un grand sourire dans la voix me gratifier d’un « Good Camper Damien you did it » Venant d’une Australienne j’ai pris ça comme le plus beau des compliments. Du coup le « Good Camper » est devenu une expression familiale.

 

Quand on parle de l’Australie il faut aussi malheureusement parler des mouches

Avant d’arriver en Australie nous n’avions jamais vraiment entendu parler des mouches australiennes. On avait vaguement vu des posts sur ce sujet sur des blogs, mais une fois sur place on découvre assez vite cet énorme fléau. Vous voyez ce cheval avec des dizaines de mouches collées à lui, près de la bouche, dans les yeux etc… Et bien en Australie le cheval, c’est vous … Les mouches vous suivent vous rentrent dans la bouche, dans les oreilles, c’est à vous rendre littéralement dingue.

Nos amies les mouches

Je précise quand même que vous pouvez sortir de la douche et sentir le Tahiti douche fraîcheur des îles sans que cela ne change rien. Nous avons tenu deux jours avant d’acheter un filet à mouche. On se disait, « pas nous! on ne peut quand même pas mettre ça sur la tête! »

Mais non … , tu as l’air ridicule avec ton filet accroché à la casquette, mais dans certains endroits c’est le seul moyen de ne pas devenir fou!

Le look « filet anti-mouche »
Autre version du chapeau anti mouche

Bon heureusement il n’y en a pas partout et on finit par s’habituer et à savoir les gérer.

L’Australie et les Australiens !!

Et heureusement en Australie il n’y a pas que les animaux mortels et les mouches, il y a les Australiens! Ils vous accueillent tous avec un grand sourire et un « G’day mate » (Bonjour mon pote)…. Ça pourrait être pire comme salutations… Ils sont chaleureux, enthousiastes, serviables, lorsque vous avez un problème sur le bord de la route il y a tout de suite 3 voitures qui s’arrêtent pour savoir si vous avez besoin d’aide.

Nous l’avons expérimenté lorsque nous nous sommes ensablés et que notre sauveuse Kathy est venue nous sortir du sable, mais tous les étrangers que nous avons croisés en Australie nous ont aussi raconté leur anecdote sur la route avec les Australiens.

__________________________________________________________

Chronique d’Australie racontée par Capucine (un peu longue mais c’est toute une aventure)

Tu viens de te faire 7h de route de retour de l’outback australien pour retrouver la côte et tu t’es déniché sur campermate (L’ appli de base pour trouver des emplacements où dormir) un spot aux petits oignons : 4 km de chemin comme de la tôle ondulée avec le camping car et son contenu qui brinquebalent dans tous les sens pour arriver à un endroit aux allures de bout du monde au bord de l’océan. Tout ce qu’on aime! Une petite marche arrière un peu intempestive et bim, ce dont on a tant entendu parler nous arrive : on est ensablé. Au début ça nous fait un peu marrer…

A ce stade là ça nous encore un peu marrer…

Et puis chaque tentative pour se sortir de là nous enfonce encore plus. On est en train de creuser respectivement avec une pelle en plastique de plage et un bâton quand on est interpellé  » if I were you, I would stop digging ». Cette voix, c’est Cathy qui doit bien rigoler quand elle constate qu’on essaye de se servir de la planche de natation de Coline comme tremplin. Cathy a 66 ans, vit sur le chemin derrière dans un bus seule avec son chien Lucky depuis 5 ans (hyper intelligent le chien d’ailleurs, elle m’explique que comme ils sont juste tous les deux, ils se parlent beaucoup), va en ville toutes les 6 semaines se faire un ravitaillement d’eau et de nourriture, est asthmatique et en tous cas à l’air de pas mal s’y connaitre en véhicule et embourbement. On est vendredi soir, La nuit tombe, Cathy nous dit qu’il n’y a rien de plus à faire ce soir et commence à nous faire entrevoir la complexité de la situation et le fric que peut représenter un dépannage le we pour bouger notre bestiau de 4 tonnes (on est pas vraiment censé aller sur ce genre de route, autant dire que l’assurance va nous rire au nez). Elle observe un peu le bazar et finalement , entre 2 jurons, nous donne un peu d’espoir sur la possibilité de nous dégager seuls. Elle nous prête une pelle et nous explique la méthode à appliquer le lendemain. Un peu d’espoir … mais quand même pas convaincue la Cathy, le châssis est presque posé sur le sable. Ça devient vraiment moins drôle.

« Stop doing anything stupid tonight, have a rest, drink a beer. Tomorrow wake up as early as you can, have a strong breakfast and then …. Start digging »

Là on commence à se dire qu’on est pas ne vas pas s’en sortir comme ça…

On passe la nuit à essayer de dormir dans le sens de la pente, à sonder la force du vent et se demander si les nuages qui commencent à couvrir la lune ne vont pas se transformer en pluie (ça rigole pas trop parfois la météo ici, on est censé checker avant de camper quelque part les conditions ce qu’on a évidemment jamais fait…et bien sûr, on est en Australie donc on n’a pas de réseau de téléphone). On est accessoirement à 5 mètres de l’eau, on apprendra par la suite que les jours de pleine lune (ah bah tiens, c’était y’a 2 jours), on serait les roues dans l’eau).

Nuit magnifique malgré tout

A 6h du mat, petit dej sur un panorama de dingue et notre coeur se serre de reconnaissance quand on voit débarquer Cathy qui ne nous abandonne pas et vient superviser les opérations.

Keep on digging…

Après 3 heures de pelletage, consolidation de trous avec des algues et des planches, la team Cathy/Dam fait des merveilles et ça se termine par des cris de victoire et des hug collectifs quand le camping car retrouve la terre ferme. Encore une fois, on aura eu beaucoup de chance et eu droit à une rencontre dont l’Australie a le secret….

Le camping car enfin sorti!
Avec Cathy notre sauveuse

________________________________________________________________________

Je pense que cette incroyable solidarité est dans les gênes Australiens depuis l’époque où ne pas s’arrêter pour dépanner un chariot sur le bord de la route revenait à condamner à mort son propriétaire.

 

 

Il y a mille autres choses à dire sur l’Australie: ses paysages grandioses, les couchers de soleil de la côte Ouest tous les jours plus beaux, la sortie avec les requins baleines, la terre rouge de Karijini, les snorkeling d’anthologie … et je n’ai pas parlé de Sydney que nous avons adoré, cela fera sans doute l’objet d’un autre post.

Mais vous l’avez compris, j’ai vraiment passé 1 mois à me dire tous les jours, ce pays est incroyable!

11 commentaires

  1. Les enfants avaient vu un reportage sur les méduses boites…. je leur parlerai pas du reste vu l’état de stress dans lequel ils sont ressortis, je leur dirais simplement que vous êtes tous les 5 répartis vivant d’Australie !!!

    1. Bon, tu peux les rassurer, en vrai on n’a pas risqué trop notre vie et on n’a pas vue de méduses boite ni de crocodiles de mer…
      On a surtout surkiffé ce pays. 🙂

  2. J’ai ADORÉ cet article!!!
    On a vu un mini film sur les grands prédateurs du monde, il y avait la meduse boite (qui peux tuer un enfant en moins de15 min)et le crocodile de mer (qui avale un chien facilement! )

    1. Coucou Roxane, merci de ton commentaire!!
      Heureusement en Australie ils mettent des panneaux sur la plage quand il y a un risque de voir des méduses ou des crocodile ; et tu as plutôt intérêt à respecter les panneaux sinon….

    2. Coucou Roxane, merci de ton commentaire!!
      Heureusement en Australie ils mettent des panneaux sur la plage quand il y a un risque de voir des méduses ou des crocodiles ; et tu as plutôt intérêt à respecter les panneaux sinon….

  3. Merci pour cet article j’espère que c’était bien l’australie. Est ce que vous avez vu des araignées mortelles ? Valentin.
    Top ca donne vraiment envie laet

    1. Coucou Valentin, non nous n’avons pas vu d’araignées mortelles, nous avons eu de la chance!
      Mais nous avons vu plein d’autres animaux!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *