Oman // Du 02 au 13 décembre

Lorsque nous avons préparé notre itinéraire de tour du monde et avons décidé de commencer par Oman, c’est beaucoup parce que Tiphaine et Eric et leurs 3 filles s’y sont installés en septembre pour 2 ans d’expat et que ça nous semblait être une mise dans le bain en douceur.

Quand nous avons étudié un peu plus précisément cette étape, on a commencé à entrevoir le potentiel de ce pays et à comprendre que les 13 jours prévus sur place seraient un peu courts.

Effectivement, nous sommes tombés sous le charme du sultanat d’Oman. Evidemment, l’accueil des cousins y a joué pour beaucoup et leurs conseils nous ont permis d’entreprendre des aventures un peu plus « off road » que ce que nous aurions fait seuls.

Les précieux conseils d’Eric

Au volant de notre 4×4 nous avons eu un vrai sentiment d’indépendance et de liberté pour parcourir les paysages très diversifiés offerts par le sultanat d’Oman.

Notre « Mistubishi » Pajero

Il nous resterait encore beaucoup à découvrir, nous avons finalement sillonné un périmètre assez réduit (et c’est un des atout d’Oman de passer en quelques km de la montagne au désert pour revenir aussi vite vers la mer) et, avec les conditions météo (c’est l’hiver en Oman, pour nous des conditions d’été mais il y a eu pendant tout notre séjour un vent inhabituel), nous avons dû faire l’impasse sur la partie sorties marines ( moins frustrant quand on sait qu’on a quelques autres destinations pour se rattraper).

Nous avons donc adoré :

  • Marcher au cœur de Wadis variés (Wadi = gorge plus ou moins étroite creusée dans la montagne par l’écoulement des eaux de pluies au cours des millénaires) et découvrir leurs surprises : une oasis verdoyante, une ballade le long d’un falaj…
Wadi Bani Khalid
Wadi Shab
Wadi Qurai, inexploré des touristes avec des passages d’équilibriste
Piscine naturelle du Wadi Qurai

 

(À Oman, les falajs sont des réseaux d’adduction d’eau souterrains utilisés pour l’irrigation des cultures. Certains sont très anciens et remontent au IIe millénaire av. J.-C.), une grimpette un peu abrupte, des piscines naturelles, des cultures en terrasse)

Falaj de Balad Sayd

 

  • Les treks en montages : aussi bien celui de Mutrah au cœur de Mascate…

 

…. que la journée en montagne avec les cousins et l’arrivée au village de Balad Sayd via un canyon.

  • Improvisation d’une partie de foot avec une chaussure…
    … sur le terrain de foot le plus haut de Oman, improbable au milieu des montagnes

    Pic nique sur le falaj
    Selfie devant Balad Sayad

  • Les nuits en montagne dans l’ambiance bout du monde du village de Misfat : l’excitation de dormir à 5 dans la même chambre du Misfat Old House, en flanc de montagne bercés par les murmures du falaj
Arrivée à Misfat Old House

Notre chambre

On n’oublie pas les devoirs…
  • le camping sauvage dans le Jabal Al Akdhar de l’autre côté du plateau de Saiq sur un aplomb juste assez plat pour nous permettre de monter une tente sur les deux (donc re-nuit à 5 dans la tente)

  • La richesse culturelle : notre cache-cache géant dans le fort de Bahla que nous avions pour nous seul…
Cache cache dans le fort de Bahla

 …. L’ambiance mille et une nuit du château de Jabrin surplombant la palmeraie : voir l’article d’Hadrien

  • La magie du paysage du désert de sable des Wahiba Sands dans le campement d’Amar, Omanais qui a monté quelques tentes non loin du hameau occupé par sa famille, les jeux partagés avec ses enfants, les marches à la quête des traces d’animaux dans le sable, le ciel étoilé
Football improvisé dans le désert avec les 2 fils d’Amar
Coline invente des jeux pour la petite fille d’Amar et réussit à se faire comprendre sans mot

  • La rencontre incroyable avec cette tortue en train de pondre à Raz Al Jinz, l’émotion partagée avec les enfants.
  • La traversée du pont de Sur vers le hameau de Al Ayjah à travers la lagune parsemées de boutres les maisons blanches se détachant sur la mer bleue et agitée.

    Déjeuner entre Sour et Ras Al Hadd, sur la côte des tortues
  • Balade à Al Ayjah
    Sour, vue sur le village d’Al Ayja

    Une pêcheuse répare ses filets à Sour
  • Mascate, capitale à dimension humaine : le souk de Mutrah pour se mettre dans l’ambiance dès le 1er jour, l’immersion pendant quelques jours dans la vie à Al Mouj (The Wave) le quartier tendance à 2 pas de l’aéroport en pleine expansion de Mascate, la visite du Lycée Français (voir l’article de Coline et ses cousines) le déjeuner dans le sublime hotel Hyatt, la chasse aux coquillages…
La vue à Al Mouj le matin
Cousines / copines
Déjeuner à l’Hotel Hyatt
Souk de Mutrah
Devoirs

 

  • La figure du Sultan Qaboos, omniprésente, même si nous avons loosé sur la visite de sa mosquée. Au moins on l’aura aperçue à plusieurs reprises sur la route entre Al Mouj et Mascate

Ce qui nous a surpris :

  • Le fait que ce pays soit encore si méconnu compte tenu de la variété de ce qu’il a à offrir. Ce qui en fait aussi son charme : nous avons souvent eu l’impression d’être les seuls touristes du coin. Même dans des lieux qui peuvent être ulta bondé (Wadi Bani Khalid très prisé des habitants de Mascate)
  • Le côté ultra safe du pays : ici le camping sauvage est autorisé et pratiqué partout
  • Les paysages somptueux et l’impression qu’il reste encore des tonnes d’endroits vierges et inexplorés dans le pays.
  • Passer d’une route goudronnée nickel (l’infrastucture des routes est très moderne ce qui rend très facile le road trip) à une ancienne piste d’atterissage pour atteindre notre hotel à Ras Al Hadj
  • Les maisons : partout et même dans les villages les plus reculés nous sommes tombés sur des maisons somptueuses

  • Pas de nuisance, insectes moustique. La propreté partout même dans les toilettes publiques les plus reculées.
  • La gentillesse de gens, même si difficile d’avoir des contacts avec les femmes.
  • Et on a toujours pas compris comment ils font pour garder leurs robes d’un blanc immaculé alors qu’ils mangent avec les doigts, et (d’un point de vue européen évidement) pas très proprement…

Ce qu’on a moins aimé

  • Le peu de soin que les Omanais ont pour leur environnement, tous les lieux de camping sont jonché de déchets
  • Le goût des touristes (plutôt Emiratis et Omanais visiblement) pour le « sand bashing » dans les dunes du désert (c’est-à-dire rouler n’importe comment en 4×4 ou en quad dans les dunes du desert et saccager les dunes) et la pollution sonore qui en résulte y compris la nuit… A éviter absolument le week-end !
  • Le fait que le jour se couche à 17h ce qui oblige à bien timer ses journées.
  • Petit regret sur la météo qui ne nous a pas permis de faire la sortie en mer dans les îles Damanyiat et la sortie Dauphin.

Vraie première nostalgie du voyage de quitter Oman, est-ce que chaque départ sera aussi émouvant?

 

 

 

 

6 commentaires

  1. Merveilleux commentaire et splendides photos : merci de ce bout de voyage que vous prenez le temps de nous offrir. Ne soyez JAMAIS blasés …merci merci

  2. Quel bonheur de vs suivre avec des enfants pétillants de bonheur. Quel beau voyage vs nous offrez avec toutes ces images variées. Merci.
    J attends la suite avec impatience. Quel est le prochain pays ?
    Comment pensez vs voyager sur place ? Van ? Train ?
    Très joyeux Noël jolie famille
    Dodo

  3. Quel magnifique périple dans ce superbe pays. Merci de nous faire si bien participer à ce beau voyage que vous avez entrepris. Ça donne envie de faire sa valise.
    Ce n’est que le début pour vous et les enfants ont l’air tellement heureux . Plein de bisous et Joyeux Noël

  4. merci pour ce beau voyage à Oman
    vous nous faites rêver! nous avons regardé dans un grand silence l’interminable voyage du bébé tortue!
    oui gardez vous yeux et vos coeurs émerveillés et continuez à nous le partager!
    Nous pensons souvent à vous et attendons le prochain reportage love love love

  5. Quel plaisir de voir ces jolies photos avec un ciel si bleu alors que nous sommes sous un ciel gris et que le temps est froid
    J’attends avec impatience les nouvelles photos et articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *